06/08/2010

Dans le jardin aujourd'hui....

On a pu trouver, dans l'air parfumé qui sent déjà l'automne....


Des belles plantes...

bourrache.jpg
(bourrache)

 


 


Des petits joyaux pour faire frémir mon chaudron...


cassis confiture.jpg
(Cassis)

 

 

 

 


Des herbes élégantes dont je récolterai précieusement les graines....


fenouil.jpg

 

(fenouil aromatique)

 

 

 


 

Des rencontres inattendues!

 

feerie in my garden.jpg
(tilleul)


Une maman songeuse....

poupouuuu.jpg
(Elisabeth)




Et à la fin, des gourmandises exquises qui tachent les doigts!


mûres.JPG


Bon Week-end à vous!

anko.jpg


 

 

 

 

23:43 Écrit par Anko dans Dans mon jardin | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : photo, jardin, plantes |  Facebook |

09/07/2010

Diner des ptiloups hier

Quand il fait chaud et qu'on se dépense beaucoup, il faut que maman assure dans les repas....

Mes enfants, j'ai remarqué, ont tendance à manger beaucoup de légumes crus.

Donc, ici, les brocolis, les haricots, les poivrons, tomates, choux blancs sont consommés tels quels.

Je vais consacrer ces vacances à nous basculer peu à peu vers le crudivorisme. Le problème est de trouver des légumes bios au prix adapté à notre bourse (plutôt serrée en ce moment Non décidé)

 

resiz

 

La bonne nouvelle, c'est que Josh mange des oeufs, à présent! Je suis soulagée, il n'est pas allergique. Tita, par contre, n'est pas encore prête.

Ils ont demandé des tranches de tomates en plus, ainsi que des dattes et des morceaux de pomme.

(Le chorizo est végan)

08:46 Écrit par Anko dans Dans mon jardin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/04/2010

Une jolie fleur très appréciée

 

Je les ai plantées, mes jolies fleurs.

Ce sont des bellis perennis, une variété de pâquerettes à pétales colorés.

Elles sont non seulement jolies mais aussi et surtout comestibles!

 

Recette cosmétique:

 

Les bellis ont des propriétés astringentes, elles sont donc idéales pour nettoyer les peaux grasses.

Mais j'ai préféré réaliser un shampoing pour mon homme.

 

Shampoing pour cheveux gras 

 

Ingrédients

 

2 verres de lait d'avoine.

2 poignées de bellis coupées à ras.

4 CàS de terre de rhassoul

2 verres de vodka

20 cl d'eau d'hamamélis

Huiles essentielles : carotte (5 gouttes), bois de rose (10 gouttes) , eucalyptus globulus (5 gouttes), Cade (3 gouttes).

5 gouttes d'extrait de pépins de pamplemousse

2.5ml d'alcool cétylique (en vente en pharmacie)

 

Pendant 5 jours minimum, mettez les bellis à tremper dans la vodka, remuez une fois/jour.

Au 5eme jour, filtrez le macérat, gardez le liquide.

Mixez les huiles essentielles avec le lait d'avoine et le rhassoul (phase A)

Mixez le macérat avec l'hamamélis et l'alcool cétylique (phase B)

Une fois la phase B bien homogène, la verser lentement dans la phase A en mixant.

Rajouter l'EPP en continuant à mixer.

Versez le résultat bien homogenéisé dans un flacon très propre et opaque, conserver à température ambiante.

 

 

Recette culinaire:

 

La saveur de la bellis est piquante, elle est idéale en salade d'herbes sauvages composée d'ail des ours, de feuilles de pissenlits, de jeunes pousses de fenouil et de ciboulette (j'ai cueilli tout ça dans mon jardin). J'accompagne le tout d' oeufs durs, d'une vinaigrette ( tamari, huile de colza, graines de sésames grillées et une poignée de graines germées de poireaux), et d'un morceau de pain épeautre aux graines de tournesols et potirons tout juste sorti du four, délicieux!

 

dyn006_original_491_482_jpeg_2587344_6982ce56eb83fd1833a864c7164ec214

20:34 Écrit par Anko dans Dans mon jardin | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

07/04/2008

Ca m'énerveuu!!!

Kokopelli, vous connaissez?

Kokopelli est un personnage mythique souvent représenté comme un joueur de flûte bossu, issu des anciennes croyances amérindiennes du Sud-Ouest des Etats-Unis, il a plus de 3000 ans. Kokopelli était une image de la mythologie des Indiens Anazi, symbole de fertilité, de joie, de fête, de longue vie. C’est aussi un esprit de la musique, un conteur, un voyageur de commerce, un faiseur de pluie, un guérisseur, un professeur, un magicien farceur, un séducteur, un fertilisateur (il a d’ailleurs aussi comme autres noms "le Casanova Anasazi" ou "Cassanova of the Cliff Dwellers" car il est parfois représenté avec un attribut male d’une taille exagérée). Kokopelli possède la sagesse de l’âge. Ce voyageur joyeux a une leçon pour chacun. Sa plus grande leçon semble être de nous montrer que nous ne devrions pas prendre la vie trop au sérieux.

 

MAIS

 

Kokopelli est aussi une association qui préserve la biodiversité potagère, cette association a été lourdement condamnée par le gouvernement sarkozien

"

KOKOPELLI : biodiversité, la fin des illusions

Les verdicts sont tombés : l’association Kokopelli est lourdement condamnée :
  • 12.000€ pour le grainetier Baumaux
  • 23.000€ pour l’état et la fédération des industriels de la semence (FNPSPF).
Il faut être réaliste : les semences que défend l’association Kokopelli, étant maintenues dans l’illégalité par une volonté politique, nous ne pouvions pas gagner ces procès.

Malgré les directives européennes, les avis de l’ONU, du Sénat, de scientifiques, d’agronomes affirmant l’urgence de sauvegarder la biodiversité végétale alimentaire, l’état français refuse de libérer l’accès aux semences anciennes pour tout un chacun.
C’est ce qui permet aujourd’hui aux magistrats d’infliger ces lourdes peines à l’association Kokopelli.

Dans le cas du procès de la SAS Baumaux pour concurrence déloyale, M. Baumaux verra donc son bénéfice de 800.000€ augmenté de 10.000€ et recevra 2.000€ pour ses frais.

L’état français recevra 17.500€ au motif que KOKOPELLI vend des semences illégales, 5.000€ seront consacrés aux frais et à l’information du bon peuple sur les pratiques dangereuses de l’association KOKOPELLI. Les semences qui ont nourri nos grands-parents et qui servent à nous nourrir aujourd’hui par le jeux des croisements, sont donc devenues illégales et dangereuses.

Nous avons eu droit au grenelle de l’environnement : il faut sauver la biodiversité ! alors pourquoi condamner une association qui sauvegarde avec ses adhérents et ses sympathisants, plus de 2500 variétés en risque de disparition ? Pourquoi condamner ces semences dont la FAO reconnaît qu’elles sont une des solutions pour assurer la souveraineté alimentaire, face aux dérèglements climatiques et à l’augmentation de la population mondiale ? Pourquoi les mêmes variétés, selon qu’elles sont vendues par KOKOPELLI ou d’autres opérateurs entraînent condamnation ou mansuétude ? Pourquoi les grandes surfaces vendent des fruits et légumes issus des variétés interdites à KOKOPELLI, en toute impunité (en tout cas à notre connaissance).


Les condamnations infligées à KOKOPELLI
ne sont donc pas à chercher dans la nature des
semences que protège l’association, mais dans ses actions.

L’association propose aux jardiniers, aux paysans, d’être autonomes et responsables, face au vivant. Dans notre société du tout marchandise, c’est intolérable. Le plus grand grief (sous jacent) fait aux semences anciennes ou de pays, est d’être reproductibles et qui plus est adaptables à de très nombreuses conditions de cultures, sans le soutien de l’agro chimie. Voilà la faute de KOKOPELLI : conserver le levain des savoirs populaires, agronomiques et génétiques. A l’heure où l’on veut nous faire croire que le tout hybride, OGM, chimique, énergie fossile, sont les seules possibilités d’assurer notre alimentation, propager l’autonomie semencière par l’exemple est devenu répréhensible. Ce qu’il faut retenir de ces condamnations, c’est la volonté affichée d ‘éradiquer les alternatives techniques et semencières autonomes.

Depuis 15 ans, KOKOPELLI protège la diversité de nos jardins, de nos champs, de nos assiettes, tout en essayant de faire évoluer le cadre juridique vers une reconnaissance de la valeur agronomique et culturelle des variétés reproductibles : L’ETAT FRANÇAIS NOUS A FAIT ECHOUER. Aujourd’hui, la disparition potentielle de KOKOPELLI ouvre un boulevard à l’uniformisation culturelle et productiviste agricole. La disparition de la « vraie » biodiversité basée sur la variabilité génétique d’une multitude de variétés locales ne sera jamais, et de très loin, compensée par la multiplicité de quelques variétés clonées.
Il est intéressant de noter la similitude des actions et de la répression envers les faucheurs volontaires, les amis de l’ortie, les défenseurs de l’herboristerie et KOKOPELLI : chacun cherche à sa façon, à protéger et promouvoir la vie et la continuité des savoirs. Pour notre gouvernement, tout cela est devenu répréhensible ! Face à ses contradictions, entre ses déclarations enflammées du Grenelle de l’Environnement et les condamnations qu’il obtient contre les défenseurs de la biodiversité, gageons que l’état français mettra un point d’honneur à prendre en réelle considération le devenir des générations futures.

L’association KOKOPELLI a toujours proposé la résistance fertile non violente et le dialogue, peut-être étions-nous trop en avance ? Mais maintenant, sauver la biodiversité est d’une extrême urgence. Si l’agriculture productiviste que protége le gouvernement se trompe, vous trompe, nous trompe, quelle stratégie de repli aurons-nous ? Si nos élus ont contribué à éradiquer notre patrimoine semencier alimentaire ?

La solution est dans votre camp, mesdames et messieurs nos gouvernants. Une fois, vous avez pu revendiquer « responsables, mais pas coupables ». Devant la faim du peuple, cet argument ne tient pas.
N’obscurcissez pas l’avenir, il l’est déjà suffisamment.

Mais peut-être faut-il lancer un appel : aux semences, citoyens !

Raoul JACQUIN"

Source http://www.kokopelli.asso.fr/proces-kokopelli/gnis-fnpsp6.html

 

Vous pouvez agir, et signer la pétition http://www.univers-nature.com/signez/?code=cat

 

11:45 Écrit par Anko dans Dans mon jardin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/04/2007

Le noisetier

A coté de la maison proliféraient herbes folles et débris en tous genres.

Au milieu tronait, majestueux un énorme noisetier.

Plutot que de le couper, chose qui me répugne pour tout type de plante, j'ai décidé de l'aménager facon plante d'intérieur tout en lui laissant sa part de liberté.

Et hop, un intense désherbage à la main, quelques belles briques et des somptueux copeaux de cacaotier pour donner au tout une allure luxueuse et luxuriante...

DSCN2051

Ne me reste plus qu'à aménager une rocaille tout autour et à replanter mes artichauds décoratifs et mes désespoirs de peintre, plus quelques arbustes de ma clinique des plantes....Je mettrai des photos plus récentes dans quelques jours, histoire que vous voyiez le résultat plus fini.

01:03 Écrit par Anko dans Dans mon jardin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/04/2007

Et enfin les photos!

La visite de ma nièce Florence aidant, voici l'occasion de m'offrir de longues plages libres, vu que ma petite Glu s'est collée ailleurs.
Je me suis donc précipitée dans le jardin pour faire quelques photos de mon jardin.

9

Voici une partie du jardin vers début mars, vue de la fenêtre de la cuisine.
On avait déjà commencé à éclaircir un peu le terrain, sans trop se soucier du pan de terre rocailleux à 2 balles devant la fenêtre, ni du fond du jardin plein de choses diverses et appétissantes.
Notez au milieu de la pelouse le pré-aménagement du potager en carrés que je compte bien reproduire plus loin, près du fond du jardin.

 

 

 

10

 

voilà ou on en est aujourd'hui. Vous voyez une différence? Moi, pas tellement, en fait.....
 
 
Je pensais naïvement qu'en dessous de la couche d'herbe du lopin de terre en face de la fenêtre de la cuisine, je trouverais une belle couche de terre bien riche et meuble.
Ben oui, bien sûr! J'attaque donc, me disant qu'en quelques heures, tout serait fini et je pourrais planter ces magnifiques plantes aux fleurs odorantes trouvées au Bri*o.
.....2 jours plus tard, j'y suis toujours! En fait, les anciens locataires, pensant sûrement faire riche, se sont mis en tête d'y verser des kilos de pierrailles bon marché!
O comme je les ai maudits alors que je m'entaillais les mains au travers de mes gants et me cassais le dos!
Après de dures heures penchées sur ces 2 mètres carrés, j'ai effectivement trouvé une terre riche et bien grasse, l'idéal! Mes efforts ont finalement été récompensés, les plants de sauge, d'oseille, ainsi que mes doronicum  orientales. 
13

 


Du  milieu du jardin, la vue est tristounette, vu l'absence de fleurs.

Mais on n'est que début avril, diantre!
Au-dessus de la terrasse (ou il y a les meubles de jardin), j'aimerais construire une pergola.

Denis n'est pas très chaud, comme d'hab quand ca concerne les "gros" travaux.
Mais je garde cette idée dans un petit coin de ma

tête.....

 

 

Voilà, à suivre, le potager en carrés et le noisetier...

16:45 Écrit par Anko dans Dans mon jardin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/03/2007

L'avancement du jardin, 2 ème partie.

 Hier, on s'est attaqués au fond du jardin qui, pour cause d'anciens locataires bordéliques était un vrai dépotoir.
Enfin, zhom a trié en pestant, jurant et hurlant de douleur ( normal, les ronces et les orties lui en veulent à mort....). Entre les planches, les briquailles, les vieux pneus, un tas de cendres (??), y  avait du boulot. Hier, ça a fait 2 aller-retours au parc à container. Et c'est pas fini....

Pendant ce temps, je faisais un sort au coin broussailles-lilas, ou j'ai eu aussi mon lot de mauvaises herbes qui griffent et piquent, l'aloe vera a fait des heureux! Bref, j'ai taillé ces sales bêtes, euh je veux dire les lilas, dénoué les ronces et autres joyeusetés qui s'y étaient entortillées. Au sol, arrachage de racines multi-résistantes et retournement à la binette (pourquoi ai-je attendu aujourd'hui pour acheter une griffe, didju!). Résultat, une magnifique terre poudreuse et bien noire sur 30 cm de profondeur, tout à fait appropriée pour mes passiflores, mes violettes sauvages(découvertes dans un coin de pelouse et religieusement déterrées), plus d'autres plantes gentiment offertes par ma collègue Marie. Oh, et j'ai trouvé, planqués entre 2 pousses de lilas, 2 rosiers nains!

Devant la fenêtre de la cuisine, j'ai découvert un parterre qui serait idéal pour accueillir ma haie de lavande et mes coccinelles, ainsi que mes plantes aromatiques. Horreur! L'endroit est recouvert d'une couche épaisse de petites pierres à sentier. A la deuxième brouette, Josh étant fatigué (l'était 18h quand même...), j'ai abandonné, en me jurant de revenir demain à l'aube!

J'ai aussi aménagé une partie de mon potager en carrés. Le dispositif est en place, mais je n'ai eu le temps de planter que mes fraises et la ciboulette. Dès que j'ai le temps, je planterai les poireaux, panais, bettes et épinards qui attendent sagement dans ma boîte à semis.

Et devinez quoi, le boulot est loin d'être fini! La bande de terre située sur le côté de la maison et de la terrasse, qui comprend un grand noisetier, attend d'être retournée et aménagée. Et la buanderie qui jouxte la maison doit être refaite de fond en comble. Bref, avec le fond du jardin et le reste, nous allons être joyeusement occupés jusqu'en septembre.

Faudra quand même que je poste quelques photos, ça vaut le détour....

21:02 Écrit par Anko dans Dans mon jardin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |