02/08/2010

Cette semaine, c'est la semaine mondiale de l'allaitement maternel.

 

Ou plutôt de l’allaitement au sein, j’ai toujours trouvé le terme “allaitement maternel” un peu injuste envers celles qui donnent le biberon. Parce que l’allaitement maternel, c’est donner du lait à son bébé quel qu’il soit.

Dès que j’ai su que j’étais enceinte de mon premier enfant, l’allaitement au sein s’est imposé à moi, et ce pendant au moins six mois, neuf mois grand maximum.


Je ne connaissais rien d’autre que ce que m’avait appris ma formation d’infirmière pédiatrique et le travail en unité de néonatologie.
Donc, au-delà de 6-9 mois, c’était la durée “réglementaire” de la durée de l’allaitement au sein. Après, on commence la diversification, et puis voilà!


Tout ça se passait il y a 10 ans, et, malgré la détermination parfois farouche de mes collègues à enclencher l’allaitement au sein chez leurs petits patients (détermination que je suivais), tout ça me laissait perplexe, cet épanouissement des collègues qui allaitaient au sein. Et de ces mères qui galopaient dans les couloirs de la maternité à 3h du matin en se tenant le ventre césarisé à deux mains pour venir donner le sein à leur bébé un étage plus haut.


Et puis, j’ai été enceinte à mon tour, j’ai accouché, et dès son arrivée, quand mon nouveau-né tout frais s’est approché en rampant de mon sein, j’ai compris...


Non, ce n’est pas du tout ça...



C’est vrai que j’ai été époustouflée que cette petite chose à peine adaptée à la vie aérienne se mette sur les coudes et les genoux et commence à s’agiter furieusement vers ma poitrine, mais comme l’allaitement au sein était une évidence, chanceuse sans le savoir, je m’extasiais plutôt sur le merveilleux paquet  d’instincts qu’était mon fils.

Puis, les semaines ont passé, accompagnées des petites difficultés de la vie alimentaire quotidienne avec un bébé: crevasses, coliques, RGO*. Tout ça sans remettre en question mon allaitement, parce que logique pour moi!


Un seul évènement a perturbé ce train train, qui a correspondu avec le début de le remise en question de mon univers de maman.


A l’aube de ses 9 mois, nous nous sommes rendu compte Denis et moi, que Josh, après quelques petites tentatives, refusait fermement la diversification. En parallèle, j’ai observé qu’une différence se creusait entre lui et les enfants de son âge : l’absence de la cellulite du vieux bébé, témoignant de sa bonne santé.

Josh était fin et musclé, pas un gramme de graisse, ce qui était beau, mais tellement angoissant pour nous, jeunes parents! A côté de ça, il était en parfaite santé, très ‘moteur’ (il a marché à 11 mois), et se développait bien.

Alors quoi?

Je me suis penchée sur l’avis de la pédiatre, puis ai vite cessé de la voir parce que, même si elle était de très bon avis en général, elle ne correspondait plus à notre façon de voir les choses.

Les forums internet, et celui-ci en particulier, ont littéralement sauvé la vie de mon fils.
Là, j’ai rencontré des mères sûres d’elles car fortes de leur expérience en allaitement au sein. Et, peu à peu, j’ai lâché prise (qui n’était pas forte au départ, d’accord).


Josh ne s’est vraiment diversifié qu’au moment où il est rentré à l’école à 3 ans. Avant, je l’ai allaité à la demande, seul ou en tandem avec sa soeur. Je ne me suis plus jamais posé  la question de lui imposer ou pas autre chose que le sein. La seule limite était celle de notre bien-être.

Notre fils  a été sevré le jour de ses quatre ans, au terme de belles années où on a tous les trois (avec le papa) appris progressivement les bienfaits de l'allaitement au sein, à tous les niveaux .
Un an et demi  après, il m’en parle encore avec gourmandise et une pointe de regret en regardant sa soeur de deux ans et demi têter.


Merci Josh de nous avoir appris et de continuer à nous apprendre à faire confiance aux instincts de l’être humain.

*Relflux Gastro Oesophagien du dans notre cas à une intolérance aux protéines de lait de vache.


DSCN0194 - Copie.JPG

 

18:51 Écrit par Anko dans Maternage | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : allaitement |  Facebook |

Commentaires

Bonjour, très beau blog. Si vous voulez que je vous aide à élargir la colonne centrale de votre blog, envoyez moi un mail à juliedesblogs@belgacom.be (avec l'adresse de votre blog). Bonne soirée, Julie

Écrit par : Julie | 02/08/2010

Joli témoignage... mais alors, pas de solide avant 3ans ? moi mes petits gars ont tellement aimé qu'ils n'ont plus voulu téter vers 12 mois...

Écrit par : Marie Charrier | 04/08/2010

Merci Julie!
Marie, il goûtait les solides. Mais s'asseoir à table et dévorer son assiette n'était pas du tout d'actualité.
Encore maintenant, il me dit préférer le goût de mon lait à toute autre chose. Il doit contenir des substances addictives =p

Écrit par : Anko | 04/08/2010

Les commentaires sont fermés.